Accueil . Presse . Actualités . 2014 08 09 - INVESTIR - CIS un plan de reconquête
Actualités

2014 08 09 - INVESTIR - CIS un plan de reconquête

11/08/2014
2014 08 09 - INVESTIR - CIS un plan de reconquête

CATERING INT.SERVICESUN PLAN DE RECONQUÊTE

En vingt-deux ans d’existence et seize ans de vie boursière «l’hôtelier de l’extrême», fondé par Régis Arnoux, a eu le temps de sortir de l’ombre. Spécialisé dans la restauration et l’hôtellerie d’entreprise en milieu hostile (plates-formes pétrolières au large des côtes brésiliennes, mines d’or au Mali, gisements de gaz au Mozambique…), le groupe était sous les feux de la rampe à la fin des années 2000, avec un cours de Bourse multiplié par trois entre 2005 et 2011.
Depuis,la contraction du secteur minier a asséché les contrats les plus rémunérateurs et entraîné le  titre dans une spirale baissière. A tel point que nous l’avions conseillé à la vente en mars, après un exercice 2013 décevant. Mais la parade ne s’est pas fait attendre Régis Arnoux l’a dévoilée cette semaine et nous offre l’occasion de redécouvrir une valeur qui est en train de tourner une page sombre de son existence.

« Raise500 » est la nouvelle formule magique du patron pour retrouver l’ancienne dynamique de croissance. Un plan stratégique qui vise à atteindre 500 millions d’euros de chiffre d’affaires « à court terme», contre 291,4 millions en 2013. Soit une progression de 40% en deux ou trois ans. L’objectif est ambitieux mais n’inquiète pas le PDG,qui s’est dit « confiant sur une reprise assez rapide(…) au cours du second semestre et qui donnera une physionomie radicalement différente à l’exercice 2015».

Épaulé depuis un mois par un prestigieux cabinet de conseil d’origine britannique, l’homme d’affaires marseillais mise tout sur une diversification des services proposés, comme letraitement des eaux et des déchets, et sur la conquête de nouveaux territoires. Un accord avec un «partenaire très puissant» a déjà été signé au Moyen-Orient et « va nous ouvrir les portes d’autres domaines d’activités en Arabie saoudite»,se réjouit-il.

VINCENT BRANCHET